Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2015

"Un ovni du 19ème siècle!" - Gérard Filoche démolit la loi Macron

Nous entendons parler beaucoup de la loi Macron : travail le dimanche, mis en place de bus pour les voyageurs pauvres etc. … mais ce n’est pas tout !
 
Regardez cette petite vidéo, écoutez Gerard Filoche et vous saurez ce qui nous attend avec la loi Macron et que ne disent pas les medias :
 
 
ou
 

12/01/2015

Le vrai visage d'AKKA... : Akka Technologies licencie 9 syndicalistes

L’UGTM (Union Générale des Travailleurs du Maroc) estime qu’il s’agit d’une mesure visant à dissuader les salariés de se syndiquer. Les négociations se poursuivent.


Un responsable syndical au sein d’Akka Technologies a informé Médias 24 de la décision de licenciement prise à l’encontre de 9 salariés de l’entreprise. Selon notre source, ces 9 salariés ont été empêchés d’accéder aux locaux de l’entreprise depuis le 18 décembre dernier. “Ces 9 personnes sont actives au sein de notre syndicat UGTM, et ce licenciement est un combat contre les droits syndicaux et une tentative de dissuasion du personnel de rejoindre le syndicat” a affirmé à Médias 24, un responsable syndical, salarié de l’entreprise et qui a requis l’anonymat.


Ce lundi, la direction de l’entreprise, les responsables syndicaux, et les 9 personnes en question avaient rendez-vous chez l’inspection du travail de Casablanca. “L’inspecteur du travail a proposé deux options : le retour des syndicalistes syndiqués ou procéder à la rédaction d’un procès-verbal de conflit social” explique notre source.
Et d’ajouter :” Akka Technologies a préféré la séparation de ses salariés”. Cette procédure nécessitera la présence des services du gouverneur de Casablanca Anfa.


Au sein des locaux de l’entreprise, la tension monte d’un cran depuis la décision. Pour exprimer leur désaveu de ce licenciement, les salariés de l’entreprise, plus d’une centaine, portent un brassard rouge depuis vendredi dernier. “Nous attendons la suite des négociations arbitrées par l’inspecteur du travail pour prendre les décisions conséquentes” affirme notre source syndicale.


Nous avons tenté de joindre la direction de l’entreprise pour avoir sa version, la direction n’a jusque-là pas répondu à nos demandes d’explication.


Akka Technologies s’est implantée au Maroc en 2008, elle opère dans l’ingénierie documentaire, l’informatique et les systèmes embarqués et l’ingénierie de process à l’adresse des secteurs automobile, aéronautique et spatial.

Source : article de Medias24.com – 22-12-2014

08/01/2015

Déclaration fédérale du 7/01/15 sur l’attentat contre l’hebdomadaire CHARLIE HEBDO

La Fédération CGT des Sociétés d’études est atterrée par l’attentat perpétré, ce jour, à l’encontre de l’hebdomadaire satirique CHARLIE HEBDO, ayant entraîné la mort de plus d’une douzaine de personnes, membres du journal ou de la police. Nous apportons tout notre soutien et notre solidarité à ce journal face à cet attentat odieux et intolérable.

Notre organisation condamne cet acte criminel qu’aucune idée politique ou religieuse ne peut légitimer.

Nous rappelons notre fervent attachement à liberté de pensée et d’expression dans notre pays que rien ni personne ne pourra confisquer.

Nous apportons notre soutien aux familles endeuillées.

Fichier à consulter : Déclaration fédérale sur l’attentat contre l’hebdomadaire CHARLIE HEBDO

19/12/2014

CGT AKKA IS - Indemnités de Congés Payés

Lors de la réunion du CE AKKA IS, les élus ont demandé à la Direction des informations relatives à la règle d’application du mode d’indemnisation des congés payés : 1/10ième ou maintien de salaires.

La Direction a expliqué que l’indemnité de Congés payés est égale au dixième de la rémunération perçue par le salarié au cours de la période de référence. Elle ne peut être inférieure au montant de la rémunération qu’il aurait perçue s’il avait travaillé. Différents paramètres combinés déterminent si une régularisation doit être apportée. Aussi, deux personnes ne percevront pas la même indemnité selon la date à laquelle elles prennent leur congé. Le principal impact concerne les personnes qui effectuent beaucoup d’heures supplémentaires ou qui perçoivent beaucoup de primes. En tout état de cause, tous les cas individuels seront revus avec une rétroactivité sur les trois dernières années.

La Direction a admis avoir fait des erreurs dans le calcul de l’indemnité des congés payés en ne prenant comme seule règle unique : le maintien de salaire.

Lors de la réunion ordinaire du CE du 28/11/14, nous avons demandé à la Direction de mener une action collective de régularisation afin que chaque salarié soit traité avec égalité dans la démarche. La Direction a indiqué lors de la réunion ordinaire du CE du 18/12/14 (hier), qu’elle n’organisera pas d’action collective, ni de communication et laisse le soin de cette action au CE et aux syndicats.

Ainsi, le CE communiquera courant janvier 2015 la démarche à suivre en même temps que la diffusion du compte rendu de la séance ordinaire du CE du 18/12/14.

La Direction a précisé que la période de rétroactivité est de 3 ans à compter de septembre 2014, date à laquelle la question a été soulevée en réunion des Délégués du Personnel et en réunion CE.

En conclusion :

Nous vous enverrons via la note du CE la lettre type (une simple demande de vérification du calcul de l’indemnité des congés payés) a envoyé par mail au service compta, au RRH et, tant qu’à faire, le CE en copie pour dénombrer les demandes.

Pas de précipitations ! Pas de calculs à faire pour l’instant !

Bref ! Passez de bonnes fêtes de fin d’année en étant le plus relax possible !

La CGT AKKA IS

06/11/2014

Salarié-e-s en intercontrats d'AKKA IS et d'AKKA I&S : cette comm' est pour vous!!

Vous trouverez ci-dessous les 2 tracts distribués ce jour devant les batiments toulousains d'AKKA IS et d'AKKA I&S :

Intersyndicale_lettre_salariés_11_2014.pdf

Intersyndicale_lettre_manager_RH_11_2014.pdf

Erratum : sur les tracts distribués ce matin manquait Marie-José Davrainville dans la liste des DP

 

 

04/06/2014

JEUDI 12 JUIN à 12h : PIQUE NIQUE au Rond point de la Crabe - organisée par la Coordination CGT de l’Aéronautique Midi-Pyrénées

Pour vous informer et nous contacter : coord.aero.cgt.midipy@gmail.com


Soutenez notre action, signez la pétition :
 https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/m-arnaud-montebo...

 Les sociétés sous-traitantes d’AIRBUS se sont regroupées pour former

La Coordination CGT de l’Aéronautique Midi-Pyrénées :

    AIRBUS – ASTRIUM -AEROCONSEIL - AKKA - ALTRAN – ASSYSTEM - ATOS - CAPGEMINI - GFI - IBM - LATECOERE SERVICES - MANPOWER - POLYMONT - SAFRAN - SOGETI HIGH TECH – STERIA

 

la coordination CGT des sous-traitants d’Airbus en Midi-Pyrénées

vous convie à rejoindre tous les autres salariés

pour un pique-nique

le jeudi 12 juin à partir de 12:00

au rond-point de la Crabe

(et c’est nous qui régalons).

 

venez passer un moment convivial
échanger et soutenir l’action pour l’EMPLOI et la valorisation de notre TRAVAIL

 

 

« Ca va mal en ce moment à AKKA ! »

Qui n’a pas entendu cela lors de son entretien annuel ? C’est ce qui justifierait l’absence d’augmentation depuis des années, la mobilité contrainte et une ambiance de crainte. Il faudrait se contenter de sa situation, aussi précaire soit-elle et ce, malgré tout le travail fourni par chacun.

A l’heure où le groupe AKKA communique sur ses résultats 2013, et puisque l’aspect financier domine tout, regardons les chiffres d’une année « difficile ».

Effectivement…AKKA est rentable mais …pas assez !!!

 Télécharger le tract : Tract_coordination_pour_le_12_juin.pdf

 Ca va mal à AKKA ? Tout dépend à qui la Direction s’adresse : aux actionnaires ou aux salariés !

 

Les filiales du Groupe AKKA vont mal ? Exemple d’AKKA IS : sur 2,4M€ de bénéfices, 2,2M€ sont  reversés à titre de dividendes aux associés soit 91,6% des bénéfices et ZERO pour les salarié-e-s!!

 

« En ce moment, en plus, ca va mal avec Airbus… »

 

Les syndicats CGT d’Airbus et des SSII ont formé une coordination de l’aéronautique. Elle dénonce la baisse de charge du Bureau d’Etudes et réalise un travail qui l’a conduite à être reçue fin avril par la préfecture. Les pouvoirs publics s’étonnent des difficultés que rencontrent nos sociétés car depuis 3-4 ans ils ne cessent de prévenir nos directions pour qu’elles s’adaptent à la situation économique.

 

Qu’a fait notre direction pour anticiper la situation d’aujourd’hui alors qu’elle savait ?

C’est l’état qui le dit : cette situation est de la responsabilité des directions, qui préfèrent encaisser qu’investir… Aujourd’hui elles n’assument pas leur « stratégie » d’entreprise. Pire, elles nous la font payer, en nous culpabilisant alors que nous n’en sommes pas responsables !

 

Depuis des mois vos élus CGT dénoncent la gestion des intercontrats, l’absence de politique salariale valorisante, l’absence de perspective en terme d’évolution de carrière,  les économies sur le dos des salariés (frais professionnels),
vous aident au quotidien et soutiennent les emplois de la filière aéronautique.

Le 12 juin, venez passer un moment convivial
échanger et soutenir l’action pour l’EMPLOI et la valorisation de notre TRAVAIL

 

Parce que l’avenir de la filière aéronautique et spatiale européenne n’est pas si rose qu’il y parait,

Parce que la patiente et discrète transformation d’Airbus Group en pompe à fric produira des effets désastreux sur nos emplois, sur nos conditions de travail et sur nos conditions de vie,

Parce que les salariés de la sous-traitance d’étude sont, dès aujourd’hui, les 1ères victimes de cette transformation ; parce qu’ils sont des dizaines déjà - et des milliers bientôt – à perdre leur emploi ou à subir des pressions visant à les faire quitter leur entreprise,

Parce que la sauvegarde de ces emplois serait économiquement insignifiante pour un groupe aussi prospère qu’Airbus et stratégiquement vitale en ce qui concerne les compétences et le savoir-faire,

Parce que l’industrie aéronautique et spatiale est un joyau dont la compétitivité est menacée,

Parce qu’il y a urgence à ce que tout cela se sache et parce qu’il y a urgence à agir,

Parce que les salariés ont le droit de savoir ce que la CGT sait et parce que la CGT a besoin de faire savoir aux salariés ce qu’elle sait. 

Pour vous informer et nous contacter : coord.aero.cgt.midipy@gmail.com


Soutenez notre action, signez la pétition :
 https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/m-arnaud-montebo...

 

Signez la pétition pour la préservation de l’emploi dans l'ingénierie aéronautique !

Pour signer, cliquez sur le lien suivant : Signez et diffusez la pétition !

Quel avenir pour l’aéronautique en Midi-Pyrénées ? En France ? En Europe ?

Quel avenir pour l’emploi dans ce secteur qui compte 9 100 salariés directs en Midi-Pyrénées?

Quel est l’avenir des Bureaux d’études, des sociétés d’ingénierie dédiées à l’aéronautique, des centres de recherche en aéronautique et spatial, des grandes écoles d’ingénieurs, des centres de formation, notamment à Toulouse et sa région ?

Airbus a été constitué par la volonté des Etats Français, Allemand, Espagnol plus tard Britannique qui ont construit l’Europe politique et économique.

En 2013, le Conseil d’administration d’EADS a décidé d’augmenter la part actionnariale. 

EADS devient Airbus Group, une nouvelle entreprise non plusindustrielle mais financière, dont les objectifs sont réorientés vers les actionnaires.

Le but aujourd’hui est moins de développer l’activité aéronautique en relevant les défis techniques par des nouveaux programmes d'avion que d’assurer une plus forte rentabilité aux actionnaires coûte que coûte. Ce qui veut dire par tous les moyens, qui passeront par des économies à court terme et par le report des programmes de développement de nouveaux modèles (successeur de l’A320). Si les bénéfices d’Airbus Group vont dans les poches des actionnaires plus que dans l’investissement de nouveaux programmes, ce n’est plus une entreprise digne de ce nom, c’est tout au plus une vache à lait. Les exemples ne manquent pas pour comprendre ce que cela veut dire : Baisse de charge de travail, fermeture d’entreprises, difficultés sociales multipliées dans et hors le secteur aéronautique, ... C’est donc la mise en danger de tout l’outil industriel, souvent cité en exemple en France et incontournable pour la région Midi-Pyrénées.

Déjà les sociétés de sous-traitance subissent les premières conséquences de ces décisions récentes. Les prévisions des cabinets d’expertise qui travaillent dans le secteur annoncent entre 3000 et 5000 pertes d’emploi sur 7500 postes dans le secteur sur Midi-Pyrénées d’ici 3 ans.

Nous avons le droit de savoir pourquoi ces changements d’orientation industrielle ont été décidés. Pour quelles nécessités ? Quels seront les impacts pour les salariés, leurs familles, l’économie régionale ou la formation des futurs diplômés ?

Nous, salariés du secteur, nous voulons savoir, parce qu’il s’agit de nos emplois.

Nous, habitants de la région, nous le voulons, parce que de près ou de loin nous dépendons de ce tissu industriel.

Nous, citoyens français, nous le voulons car la situation économique de notre pays dépend de celle de l’aéronautique.

Pourtant des projets viables, économiquement et socialement justifiés existent. Ils sont dans les cartons et délibérément laissés en sommeil pour réaliser des économies. La coordination a des propositions pour amortir cette baisse de charge. Mais sans le soutien de la population et des salariés, ces projets resteront dans les cartons.

Aussi nous demandons au personnel politique représentant de l’état de réclamer les explications de cette nouvelle gestion auprès des dirigeants du groupe Airbus. De nous les transmettre. Et si les perspectives désastreuses s’avéraient peu ou prou vraies, nous dire quelles mesures ils prendront pour les compenser.

Pour que le personnel politique se mette au service des citoyens en informant la population hautement concernée, à travers l’organisation d’une table ronde qui réunira des représentants du patronat, des représentants des organisations syndicales, des acteurs des filières aéronautiques, Signez et diffusez la pétition !

Pour nous contacter : coord.aero.cgt.midipy@gmail.com

14/05/2014

Jeudi 15 mai à Aéroconseil - Blagnac : rencontre avec la Coordination CGT de l'Aéronautique Midi-Pyrénées

La Coordination CGT de l'Aéronautique Midi-Pyrénées

vous donne rendez-vous devant le site d'Aéroconseil, filiale du Groupe AKKA Technologies

JEUDI 15 MAI

de 8h00 à 9h30 :

3, rue Dieudonné Costes - BLAGNAC

(à côté de l'aéroport et de la chambre de commerce et de l'industrie, face à l'hôtel Radisson Blu)

pour vous informer sur la réorganisation du Groupe AIRBUS et ses conséquences directes sur le personnel de l'ingénierie aéronautique

(distribution de tracts)

La Coordination CGT de l'Aéronautique Midi-Pyrénées comprend à ce jour les sociétés suivantes :

AIRBUS - AEROCONSEIL - AKKA - ALTRAN - ASSYSTEM - ATOS - CAPGEMINI - GFI - IBM - LATECOERE SERVICES - MANPOWER - POLYMONT - SAFRAN - SOGETI HIGH TECH - STERIA.

Venez nous rejoindre durant votre "pause café" afin de nous soutenir,... de vous soutenir !

18/04/2014

Coordination CGT de l'Aéronautique Midi-Pyrénées : 15 sociétés représentées ce matin devant AKKA Toulouse!

20140418_084050.jpg

Vendredi 18 avril, la Coordination CGT de l'Aéronautique a effectué ce matin une opération de sensibilisation des salarié-e-s du Groupe AKKA Technologies, devant leurs locaux toulousains à Basso Cambo, concernant les suppressions d'emploi prévues par le Groupe AIRBUS, avec un impact direct sur ses sous-traitants.

Télécharger le tract distribué : Tract_coordination_pour_le_18-04-2014_v1.pdf

 

Les conséquences s'accentuent depuis quelques mois

- Gestion des intercontrats en désignant la porte de sortie ou en favorisant la mobilité géographique, ce qui revient à un licenciement pour causes réelles et sérieuses en cas de refus pour tout salarié-e implanté-e dans sa région avec sa famille. Pourquoi l'accent n'est pas mis sur l'employabilité des salarié-e-s dans le cadre d'une gestion HUMAINE de carrière avec une vraie offensive commerciale dans le secteur tertiaire par exemple ?

Des agissements dignes de voyous mais pas encore condamnés.

- Des politiques de frais professionnels révisées quite à ce que les salarié-e-s payent pour travailler ! L'article 50 de la Convention Collective SYNTEC est pourtant sans équivoque : pas un centime de débourser par le salarié dans le cadre de frais professionnels qui doivent être assumés donc par l'employeur.

- Des salaires en berne et un partage des bénéfices indescent pour les salarié-e-s, exemple de disproportion au sein d'AKKA technologies :

 

evolutionAKKA.png

Ainsi, la Coordination a distribué un autre tract décrivant les impacts directs de cette politique de réduction des coûts pour une augmentation de marge conséquente où le Groupe AIRBUS et les directions des SSII sous-traitantes se retrouvent en parfaite harmonie! Les conséquences, les salarié-e-s des SSII et d'AIRBUS les subissent de plein fouet. Exemple à AKKA Informatique et Systèmes (filiale du Groupe AKKA Technologies) avec les NAO 2014 (Négociations Annuelles Obligatoires) :

Télécharger le tract : 20140414-Tractrevendicationssalariales_NAO2014.pdf

Constats et propositions de la CGT AKKA IS envoyés à la Direction Générale : 20140407-Revendications-CGT-AKKAIS-NAO2014.pdf

Voici nouvel un exemple concret des abus des objectifs de profits à outrance et des dérapages répétés et contrôlés de ces directions qui considèrent les salarié-e-s comme de la main d'oeuvre jetable, de véritables fusibles pour atteindre des objectifs de marge démesurés.

Nous parlons bien d'un phénomène concret aujourd'hui : la dévalorisation du métier de l'ingénierie informatique.

Quelles ressources demain ? Qui voudra travailler pour un groupe d'individus aux méthodes dévastatrices en terme d'emploi et humain ? A quels tarifs ?

Quid des pouvoirs publics ?

20140418_083916.jpgLes pouvoirs publics ont leur mot à dire surtout si ces derniers subventionnent ces sociétés et/ou financent des formations de professionnalisation et/ou rincent ces mêmes sociétés avec un Crédit Impot Recherche dont le premier effet réel consiste à financer les dividendes des actionnaires!

Quels sont les moyens employés par les pouvoirs publics pour contrôler le bon usage de ces subventions et financements ?

L'argent des contribuables sert-il bien à maintenir les emplois et la recherche ou à contribuer à l'enrichissement des actionnaires ?

Demain, il sera trop tard

Les tables rondes avec les pouvoirs publics doivent se multiplier pour que demain on ne nous dise pas :

"Vous aviez raison de nous avoir alerter....désolé!"

Cela se passe aujourd'hui et demain il sera trop tard !

Les conséquences sont lourdes : entre 3000 et 5000 postes supprimés sur 7500 dans l'ingénierie en Midi-Pyrénées d'ici 2 ans.

Nous comptons sur les futures mobilisations des salarié-e-s et aussi les médias pour enquêter et relayer ce scandale qui fait tâche sur la place boursière qui ne parle que des commandes et des livraisons records d'Airbus mais quid du bureau d'étude et du gèle des projets bien cachés dans les tirroirs, le temps d'atteindre les objectifs de marge?

20140418-interview-akka.jpg

La Coordination CGT de l'Aéronautique Midi-Pyrénées regrouppent à ce jour les sociétés suivantes :

AIRBUS - AEROCONSEIL - AKKA - ALTRAN - ASSYSTEM - ATOS - CAPGEMINI - GFI - IBM - LATECOERE SERVICES - MANPOWER - POLYMONT - SAFRAN - SOGETI HIGH TECH - STERIA.

15/04/2014

Vendredi 18 avril à AKKA Toulouse : rencontre avec la Coordination CGT de l'Aéronautique Midi-Pyrénées

La Coordination CGT de l'Aéronautique Midi-Pyrénées

vous donne rendez-vous devant le site toulousain du Groupe AKKA Technologies

VENDREDI 18 AVRIL

de 8h00 à 9h30 :

6, rue Roger Camboulives (Batiment Basso1)

pour vous informer sur la réorganisation du Groupe AIRBUS et ses conséquences directes sur le personnel de l'ingénierie aéronautique

(distribution de tracts).

La Coordination CGT de l'Aéronautique Midi-Pyrénées comprend à ce jour les sociétés suivantes :

AIRBUS - AEROCONSEIL - AKKA - ALTRAN - ASSYSTEM - ATOS - CAPGEMINI - GFI - IBM - LATECOERE SERVICES - MANPOWER - POLYMONT - SAFRAN - SOGETI HIGH TECH - STERIA.

Venez nous rejoindre durant votre "pause café" afin de nous soutenir,... de vous soutenir !

Plan :

 

PLAN-AKKA-Toulouse.jpg

07/04/2014

AKKA IS - NAO 2014 : propositions constructives de la CGT face à une Direction Générale totalement fermée

Vous trouverez ci-après les propositions de la CGT AKKA IS relatives aux Négociations Annuelles Obligatoires envoyées ce jour à la Direction :

20140407-Revendications-CGT-AKKAIS-NAO2014.pdf

La Direction nous avait soumis sa proposition d'une enveloppe consacrée aux augmentations individuelles de 0,5% de la masse salariale.

La Direction devrait commenter nos propositions lors de la prochaine réunion de "négociations", ou plutôt de "rencontre", le 25 avril à 14h15.

N'hésitez pas à nous laisser des commentaires !

03/04/2014

SCOOP à AKKA !! Maurice RICCI, PDG AKKA Technologies : "J'aimerais qu'on aime un peu plus les ingénieurs en France" !

Incroyable déclaration de Maurice RICCI, PDG du Groupe AKKA Technologies, qui risque de bouleverser les Négociations salariales engagées au sein des filiales du Groupe AKKA Technologies !

Lors d'un échange avec le journaliste de BFM TV (vidéo fièrement exposée sur le site d'AKKA, à 10min30sec : http://www.akka.eu/fr/corporate/acc-coporate.php), ce même journaliste amène Maurice RICCI sur un terrain glissant...sur le sujet des salaires.

Retranscription de l'interview :

BFM TV  : ".... avec des ingénieurs aimés en Allemagne."

Maurice RICCI : "J'aimerais qu'on les aime un peu plus en France ! "

BFM TV : "Les aimer plus, ça veut dire les payer mieux ? "

Maurice RICCI : "Exactement."

Chapeau bas !

Enfin un journaliste, connaissant les problèmes récurrents de la dévalorisation des salaires des ingénieurs en France, qui ose embarquer Maurice RICCI sur le sujet jusqu'à obtenir son consentement pour les "payer mieux" !

Résultat : un mensonge de plus, en direct sur BFM TV et en ligne sur internet !!

MOBILISATION à AKKA : ACTION 1

NAO 2014 AKKA IS : "2014 sera une année difficile" dixit la Direction !!!

Lors de la dernière réunion de négociation NAO 2014 (Négociation Annuelle Obligatoire) du 26 mars, la Direction Générale compte allouer une enveloppe de 0,5% de la masse salariale pour les augmentations individuelles...

"2014 sera une année difficile !" justifie la Direction. Un pessimisme récurent en cette période de pseudo-négociations que ne reflette en aucun cas l'optimisme des communications d'AKKA sur les sites boursiers !

Alors si 2014 sera une année très mauvaise pour AKKA, qu'en est-il pour l'année 2013 ?

A en croire le montant de la participation connu des salarié-e-s depuis le début de la semaine : environ 110 € (au prorata du salaire et du temps de présence sur l'année), 2013 a été aussi une très mauvaise année !!! Pour tout le monde ?

 

evolutionAKKA.png

 

La mobilisation des salarié-e-s d'AKKA est toujours d'actualité !

Nous préparons de nouvelles actions avec une multiplication des débrayages.

ACTION 1

Pour commencer, nous invitons tous les salarié-e-s d'AKKA à renvoyer  au siège lyonnais d'AKKA les AKKA Wire dès le lendemain de sa réception (AKKA Wire : journal interne calqué sur "La vie au pays des Bisounours", symbole de l'aveuglement de la Direction Générale et du décalage entre la théorie et les actes : "Croyez en ce que j'écris, et non en ce que je fais"....à méditer) - adresse de réexpédition :

AKKA Technologies

21 rue Antonin Laborde

CS 60624

69258 LYON Cedex 09

CE QUE NOUS COÛTE LE CAPITAL - Une étude de la CGT à lire, à méditer et à partager !

Vous trouverez dans cet hors-série de la CGT une étude expliquant en détails comment fonctionnent maintenant les entreprises et l'étau exercé par le cout du capital. A lire absolument pour mieux comprendre ce modèle qui dévalorise et affaiblit (physiquement, moralement et financièrement) les salarié-e-s.

Télécharger le hors-série : CEQUENOUSCOUTELECAPITAL2013_12[1].pdf 

CE QUE NOUS COÛTE LE CAPITAL

Sommaire

1- COMPRENDRE LA CRISE POUR EN SORTIR

La gestion imposée aux entreprises depuis plus de trente ans, orientant les richesses créées vers les dividendes des actionnaires et vers les intérêts d’emprunt au détriment de l’investissement dans la recherche, l’innovation, le développement, la formation, l’emploi, les salaires… nous a précipités dans une crise dont les salariés paient le prix lourd.

2- URGENCE SOCIALE ET ÉCONOMIQUE

La CGT lance une grande campagne. Dans les entreprises et les branches, mais aussi en direction de la puissance publique. Elle propose un indice du coût du capital ; elle réclame le contrôle de l’utilisation des aides publiques aux entreprises et de nouveaux droits pour les  salariés.

Une question de justice, mais aussi d’efficacité économique. Pour sortir enfin de la financiarisation des entreprises et de l’économie qui nous ont plongés dans la crise.

3- LA RENTE INDUE DE LA FINANCE

Le « coût du travail » sert d’alibi à toutes les politiques d’austérité. Le coût du capital, lui, est passé sous silence. Pourtant, son impact est exorbitant. Sur l’activité économique.

Sur notre modèle social et environnemental aussi… Imposé notamment par les entreprises du CAC 40, il affecte jusqu’aux plus petites sous-traitantes, et même l’action publique.

4- NOTRE RICHESSE DÉTOURNÉE

Le coût du capital reste un tabou. Pourtant, il est depuis près de trente ans devenu prohibitif. Retour, avec l’un de ses auteurs, sur une étude qui tente de l’évaluer.

Entretien avec l’économiste Laurent Cordonnier.

5- ET LE MAL-TRAVAIL COMBIEN ÇA COÛTE ?

Les mauvaises conditions de travail, les accidents et les maladies professionnelles coûtent des dizaines de milliards d’euros par an à la collectivité. Si l’on ajoute les atteintes psychiques et physiques qu’ils subissent, l’addition est lourde pour des millions de salariés.

20/03/2014

GREVE A AKKA VENDREDI 21 MARS - ORGANISATION PAR PRINCIPAUX SITES

C’est une journée de grève (vous pouvez cependant faire grève sur n’importe quel site et pendant la durée que vous voulez pendant cette journée), avec des manifestations à Toulouse, Lyon-Vaise, Boulogne et d’autres agences et/ou clients éloignés des principaux sites.

C’est important d’être nombreux à se déclarer en grève toute la journée, de rejoindre les manifestations, pour rendre encore plus visible le mouvement social aux yeux de la Direction, aux yeux des clients et aux yeux de la presse. Les manifestants du 28/02 ont voté le nécessaire durcissement du mouvement, constatant que la Direction d’AKKA n’était pas encore encline à reculer, Direction minimisant l’impact client d’une seule heure de grève, d’où le passage à 1 journée de grève.

L’objectif consiste à démontrer, avec en plus des actions récurrentes qui seront menées entre deux mobilisations, la nécessité de la Direction Générale d’AKKA à prendre en considération nos alertes et revendications, et d’engager des réunions de négociations loyales sur tous les thèmes (frais professionnels, gestion des intercontrats, politique salariale avec juste répartition des bénéfices).

AKKA DOIT CESSER CES ACTIONS (FRAIS PROS, INTERCONTRATS, OBLIGATION DE MOBILITE...) ET CES INACTIONS (PARTAGE DES BENEFICES, EVOLUTIONS DE CARRIERE, PROMOTIONS, ...)  QUI DETRUISENT SON IMAGE AINSI QUE LES SALARIE-E-S.

Notre mouvement s’amplifie de mobilisation en mobilisation. Nos actions aussi. Les référencements sur internet aussi (mots clés recherchés sur moteurs de recherche : « grève AKKA » - « salaires AKKA » - « participation AKKA » - sources : statistiques du blog de la CGT AKKA IS). Nous nous attaquons désormais à d’autres mots clés tels que : « bénéfices AKKA » - « recrutement AKKA » - « qualité AKKA ». Puis on terminera par « AKKA Technologies » et « AKKA ».

Il faut plusieurs années sans aucune action pour espérer retrouver une virginité sur les moteurs de recherche mais très peu de temps pour diffuser des vérités … ou des manipulations telles que (recherche sur « bénéfices AKKA ») avec les sites boursiers relatant la bonne santé du groupe AKKA Technologies contrairement à ce qui est dit lors des négociations salariales….étonnant, non ?!?.

Exemple concret : AKKA TECHNOLOGIES : Communiqué du 12/02/14

http://www.actusnews.com/communique.php?ID=ACTUS-0-34872

 Ces communications sont indécentes et irrespectueuses pour les salarié-e-s d'AKKA que la Direction Générale dévalorise de jour en jour, mois après mois, jusqu'à leur départ de la société.

 

ORGANISATION DE LA JOURNEE DU VENDREDI 21 MARS

Programme sur AKKA Toulouse-Basso1 – 6 rue Roger Camboulives (concernant les sites de Toulouse Basso1, Toulouse Basso2, Toulouse Basso3, Toulouse Les Gémeaux, Colomiers, Blagnac, etc.)

Nos amis syndiqués des SSII toulousaines, d’AIRBUS, ASTRIUM, etc. sont bien évidemment invités pour faire part de leurs témoignages et des actions en cours.

La presse, les médias plus généralement le sont aussi afin de relayer ce mouvement national où les problématiques deviennent et s’installent comme de véritables usages dans les S.S.I.I.

Contact médias TOULOUSE : 06.46.68.28.55 (ne pas hésiter à laisser un message)

-  10h à 16h : accueil des manifestants (qui auront pointé la journée de grève ou 1 heure de débrayage de 11h à 12h ou 1 demi-journée l’après-midi selon les possibilités de chacun-e), 11h à 16h Manifestation et pique-nique, 16h fin.

et plus précisément

-  Entre 10h00 et 11h15 : arrivée des salarié-e-s en grève : on tracte devant l’agence avec  petit café, apportez vos thermos, des gobelets et des petits gâteaux

-  Entre 11h15 et 12h15 : informations des syndicats sur les thèmes de la mobilisation et sur les perspectives inquiétantes de l’emploi dans le bassin toulousain

-  12h30 à 13h30 : pique-nique ensemble, à apporter

Apporter sono, barbecue (pensez au charbon de bois ;-), tables de camping, chaises, bains de soleil, parasols, saucisses, merguez, travers de porc (au miel j’adore…oups ! désolé…je me suis emporté !), en résumé, l’idée consiste à transformer AKKA Toulouse en … AKKA Plage et ainsi prendre du bon temps, enlever le stress que peut susciter la succession de mobilisations devant le mutisme de la Direction d’AKKA.

-  13h30 à 16h : organisations de plusieurs ateliers afin d’établir une liste d’actions à mener par les salarié-e-s AKKA et qui seront communiquées via les newsletters, ainsi que sur ce blog.

Exemple d’actions : au lieu de jeter à la poubelle le journal mensuel d’AKKA, AKKA WIRE, nous lui proposons une 2nde vie, une certaine forme de recyclage…Nous pourrons donc proposer aux salarié-e-s de le renvoyer dès le lendemain à une adresse unique (au siège du groupe à LYON-VAISE par exemple…). La Direction pourra ainsi comptabiliser le nombre de salarié-e-s mécontent-e-s !!

L’objectif consiste à démontrer, par des actions récurrentes menées entre deux mobilisations, la nécessité de la Direction Générale d’AKKA à prendre en considération nos alertes et revendications, et d’engager des réunions de négociations loyales sur tous les thèmes (frais professionnels, gestion des intercontrats, politique salariale avec juste répartition des bénéfices).

 

Programme de la journée d’action sur AKKA LYON-Vaise (pour celles et ceux de Lyon, Grenoble, St Etienne, Macon, Valence, GUILHERAND-GRANGES, EYBENS, ...) :

Nos amis syndiqués des SSII de la région lyonnaise, et de nos donneurs d’ordre sont bien évidemment invités pour faire part de leurs témoignages et des actions en cours.

La presse, les médias plus généralement le sont aussi afin de relayer ce mouvement national où les problématiques deviennent et s’installent comme de véritables usages dans les S.S.I.I.

Contact médias LYON : 06.46.23.45.55 (ne pas hésiter à laisser un message)

 

Selon vos moyens, imprimez les tracts (quelques-uns pour les distribuer) ; faites des banderoles ; faites des affiches AKKA en grève pour qu’on les colle sur les vitres d’AKKA ; venez avec votre tente, pour la monter devant l’agence le temps de la manifestation, on l’habillera de ‘AKKA en grève’.

-  8h à 11h : accueil des manifestants, 11h à 15h Manifestation puis pique-nique, 15h fin

et plus précisément

-  Entre 8h00 et 8h30, arrivée des lyonnais : on tracte devant l’agence, et on accueillera la Direction avec tous les égards qu’elle mérite, jusqu’à 9h00

-  Entre 9h00 et 9h30 : petit café, apportez vos thermos, des tasses et des petits gâteaux

-  9h30 à 11h : on se filmera (voir ci-dessous) pour diffuser par les réseaux sociaux la vie du consultant chez AKKA

-  11h à 12h30 : la manifestation, bruyante et colorée, avec la chanson, des slogans, et l’assemblée générale pour reconduire (ou pas) le mouvement et sous quelle forme (ne plus remplir les RAM, placarder des affiches chez les clients, continuer à remplir les ndf selon les anciennes modalités). Les confrères des sociétés concurrentes (ALTRAN, CGI, SOPRA)  viendront nous rejoindre pour témoigner de leur situation, et peut-être nous piquer des idées d'action

-  12h30 à 13h30 : pique-nique ensemble, à apporter

-  13h30 à 15h : nous le définirons le jour même

A propos des petits films que nous ferons ensemble, voilà des idées, en vrac :

-          Lecture de la lettre de vœux de Maurice Ricci, et commentaire dépité d’un collaborateur AKKA

-          Le Directeur qui va racketer des consultants.

-          L’entretien d’embauche avec toutes les promesses de frais en plus de la rémunération

-          La proposition de la mission, 2 minutes au téléphone, pour démarrer du jour au lendemain, le manager dit ‘tu n’as pas le choix, fais moi confiance’ (cas d’une mission loin, …)

-          La fausse mission très loin, sûre au départ, puis plus aucune nouvelle du manager, malgré les relances du consultant => fausse mission ?

-          La présentation de l’ordre de mission, la découverte des modalités de remboursement de frais, jouer le chantage, ‘tu n’as pas le choix’, ‘j’ai fait mon maximum’, discussion entre nouveau et ancien barème

-          L’entretien de suivi de sa mission : le client est content mais le manager indique que ce qui est important c’est qu’il renouvelle ton contrat. Maintenant ne bosse pas trop vite, ne prend pas trop d’avance, j’ai besoin du renouvellement

-          L’entretien de suivi de mission : la mission se termine, est-ce que tu as des projets ailleurs que chez AKKA ?

-          L’entretien annuel : tout va bien, le client est super content, tu nous amènes des missions. Par contre, il va falloir que tu te contentes de ta rémunération car tu es déjà bien payé

-          Les personnes en intercontrat : les mecs qui viennent à l’agence à qui on ne donne rien à faire (et souvent se déplaçant de loin)

-          Le pot de départ du consultant licencié : le bilan amer de son passage chez AKKA, avec le manager qui s’invite et qui se fait refouler

Apportez votre smartphone et tablette pour filmer, et si quelqu’un aime bien faire des montages vidéo, banco au boulot !

Télécharger le texte de la chanson du gréviste :

 

 Rassemblement à AKKA BOULOGNE (Boulogne, Cergy, Guyancourt, Ulis, ...) :

Voir le blog http://akka.is.online.fr/

Rappel de tous les rassemblements (ajouter en commentaire de cette note les sites oubliés avec toutes nos excuses en cas d’oubli !)

 

20140321-manifestations-AKKA-21-mars-2014-frais-pro-salaires-intercontrats-V7.png