Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CGT AKKA

  • Activité partielle à Akka... De l'argent public détourné contribuant à surévaluer la vente du groupe!

    962008819.jpg

    L'utilisation de l'argent public à des fins privés sans aucun contrôle, sans aucun objectif, sans aucun bilan ... On en parle ?

     

    "L’activité partielle est un outil au service de la politique publique de prévention des licenciements économiques qui permet à l’employeur en difficulté de faire prendre en charge tout ou partie du coût de la rémunération de ses salariés. Elle est encadrée par les articles L. 5122-1 et suivants et R. 5122-1 et suivants du code du travail. Ce dispositif a montré toute son efficacité pour soutenir l’emploi en période de baisse d’activité."

    (Source : https://travail-emploi.gouv.fr/le-ministere-en-action/coronavirus-covid-19/poursuite-de-l-activite-en-periode-de-covid-19/chomage-partiel-activite-partielle/article/fiche-activite-partielle-chomage-partiel )

    Bilan de l'activité partielle à Akka du 1er avril 2020 au 30 juin 2021:

    21 Millions d'€ d'aide publique
    + 912 départs contraints
    + 970 démissions
    + 5 PSE totalisant + de 300 suppressions de postes
    = LAKKAsse sociale financée par les contribuables avec la complicité du Ministère du Travail 

    Aujourd'hui, comme le dispositif de l'activité partielle doit prendre fin le 31/12/2021, AKKA veut mettre en oeuvre l'APLD (Activité partielle de longue durée) avec toujours et encore le financement de l'État. Dispositif que la Direction d'Akka a refusé de lancer pour éviter les 5 PSE en novembre 2020 sous prétexte que ce n'est pas adapté à nos métiers!!! 
    Comment les inspections du travail pourront homologuer ces dispositifs après autant de suppressions d'emploi ?!?
    Tout simplement parce qu'aucun bilan n'est demandé! 
    Pas de bilan sur l'activité partielle !
    Pas de bilan sur les formations (financées aussi par l'État)!
    Pas de bilan sur les risques psychosociaux dans le groupe Akka dont les salariés sans activité facturée se trouvent en situation de fragilité psychologique, d'autant plus durant toute cette crise sanitaire!

    Sans toutes ces aides publiques et toutes ces suppressions d'emploi, à combien serait valorisé le groupe Akka, racheté 2,1 Millards d'€ par le groupe Adecco!?!

    Arrêt des aides publiques à Akka!
    Remboursement de toutes les aides perçues!
    Arrêt de lAKKAsse sociale et mise en conformité du droit social à Akka!
    Revalorisation de tous les salaires!
    Semaine à 32 heures pour l'emploi de toutes et tous!

     

    https://www.lefigaro.fr/flash-eco/adecco-leve-232-millions-d-euros-pour-financer-le-rachat-d-akka-technologies-20210908

     

    Envoyez-nous vos réactions et témoignages : cgtakka.france@gmail.com

  • CGT AKKA : Le Flash CSE de Juin 2021 est sorti !

    Télécharger le Flash CSE de la CGT Akka de Juin 2021

    Toute l'actualité à Akka ... et au-delà!

    Bonne lecture

     

    IMG_20210913_231041.jpg

  • Toulouse. Le groupe AKKA officialise un gros contrat, devançant l'annonce de son client

    Source : Actu.fr

    Le groupe AKKA, présent à Toulouse, a annoncé, le 27 mai 2021, avoir remporté un gros contrat dans le spatial. Une communication un peu précipitée qui devance celle de son client.

  • INTERSYNDICALE AKKA CFE-CGE CGT FO UNSA - COMMUNIQUE DE PRESSE DU MERCREDI 26 MAI 2021

     

    CGTAKKA-MANIF.jpg

    Télécharger le Communiqué de Presse de l'intersyndicale Akka CFE-CGC, CGT, FO et UNSA

     

    20210526-CDP-INTERSYNDICALE.jpg

    BANNIERE-INTERSYNDICAL.png

    Communiqué de Presse de l’intersyndicale AKKA

    CFE-CGC, CGT, FO, UNSA

     

    Blagnac, le 26 mai 2021

     

    Le PDG d'AKKA, Monsieur RICCI, s'est adressé aux salarié·es dans le cadre d'un "Virtual Tchat" ce 19 mai. Encore une communication à sens unique où les questions relatives aux PSE ont été littéralement et ouvertement écartées. Plus de 1000 salarié·es sont concerné.es par les PSE de 5 filiales en France pour plus de 300 licenciements envisagés, mais Monsieur ne veut pas en parler… Mauvais pour la vitrine AKKA !

    Alors nous allons en parler et en reparler ! Et plus globalement reparler de la casse sociale à AKKA :

    • Plus de 2000 départs de janvier 2020 à mars 2021, dont 1 millier sont des départs contraints ;
    • Plus d’1 millier de salariées sont en-dessous des classifications de la convention collective SYNTEC appropriées à leur diplôme, expérience, âge, responsabilité ;
    • En fin de mission, les salariées sont en danger de licenciement pour faute imaginaire ou refus de mobilité, ou mis au placard jusqu’à démission ;
    • Depuis 2014 et une décision unilatérale de la Direction, les frais professionnels de déplacement ne sont pas intégralement pris en charge par AKKA ;
    • Les salarié.es ne touchent ni d’augmentation cohérente à l’inflation et l’acquis de leur expérience et responsabilité, ni participation, ni intéressement depuis des années, pendant que la plus-value de leur travail est indécemment détournée vers les actionnaires et investisseurs ;
    • Une gestion des emplois et des parcours professionnels inexistante, sans moyens financiers, matériels et humains, privant les salariées de toutes perspectives ;
    • AKKA pratique le « Low-Cost » non seulement en France mais aussi à l’étranger avec plus de 80 ETP (Equivalent Temps Plein) prévus dès septembre 2021 en Inde et d’autres encore en Roumanie et au Maroc.

    L’entreprise aurait dû profiter de la crise sanitaire pour souder ses salarié·es, développer la solidarité et créer plus de liens, avec une gestion des ressources Humaines humanisante. Bien au contraire, AKKA a profité de l’isolement des salarié·es par le télétravail, le chômage partiel et les missions chez les clients pour accélérer ses restructurations : baisse de la masse salariale, fermeture d’établissements, lancement des PSE, réorganisation de l’encadrement, etc.

    Et pendant ce temps, l’argent public continue de couler à flot chez AKKA, avec la bénédiction des pouvoirs publics.

    Depuis 2013, plus de 170 Millions d’euros de crédits d’impôt (CICE, CIR) et depuis mars 2020 plus de 21 Millions d’euros de financement de l’activité partielle afin de « maintenir les emplois » ! Aujourd’hui, l’Etat continue à financer la casse sociale AKKA sans contraintes, ni contrôles. La Région Occitanie finance 1 Million d’euros pour le projet ERA (avion régional électrique) dont est partenaire AKKA. La Région Occitanie finance ainsi indirectement la casse sociale à AKKA, sans contraintes, ni contrôles.

    Ces situations insupportables doivent être combattues conjointement par la lutte avec l’ensemble des salarié·es, par la législation avec l’ensemble des politiques et par le Droit en multipliant les procédures auprès des tribunaux, afin que cessent définitivement la déshumanisation de l’Entreprise AKKA en France et le détournement de la richesse générée par le travail de toutes et de tous les salarié·es.

     

    banniere-CGT-AKKA.jpg

  • CGT AKKA - Revue de Presse

    LA DEPECHE DU MIDI du 27/05/2021 : Près de Toulouse : nouvelle manifestation chez Akka

    où comble du comble, AKKA demande encore plus d'aides de l'Etat !!!

     

    RADIO MON PAÏS du 27/05/2021 : L'intersyndicale AKKA dénonce le PSE alors que l'entreprise profite du million d'euro de subvention de la région Occitanie

     

    TOULECO du 24/05/2021 : Chez Akka Technologies, les syndicats battent le pavé contre « la casse sociale » le 26 mai

     

    LA TRIBUNE du 25/05/2021 : Akka : Les syndicats prêts à contester devant la justice le plan social

     

    et pendant que AKKA détruit depuis janvier 2020 plus de 1300 emplois (1000 départs contraints + 300 dans le cadre des PSE en cours) sous prétexte qu'il n'y a aucune visibilité jusqu'en 2024, sur la place boursière, l'optimisme en devient indécente !

     

    BOURSEDIRECT.COM du 27/05/2021 : 

    La valeur du jour à Paris AIRBUS survole le CAC 40 grâce à d’ambitieux objectifs de production

     

    CAPITAL.FR du 27/05/2021 : 

    A suivre aujourd'hui... AKKA TECHNOLOGIES

    (AOF) - Akka Technologies a annoncé sa participation à la construction d'une constellation de près de 300 satellites pour l'un des plus grands opérateurs de satellites mondiaux. Ce contrat pluriannuel, d'une valeur d'environ 20 millions d'euros pour Akka, porte sur le développement d'une flotte de 300 satellites en orbite basse à la pointe de la technologie, intégrés à des réseaux de données au sol, dotés de traitements embarqués, d'antennes à réseaux phasés et de liaisons inter-satellites.

    Pendant les deux prochaines années, AKKA mobilisera ses centres d'expertise européens, pour intervenir sur l'ensemble du cycle de vie, de la R&D au lancement des satellites.

    Ce projet mobilisera jusqu'à 100 consultants aux compétences très spécifiques dans tous les domaines de l'ingénierie spatiale : définition du design et de l'architecture du système, conception et analyse mécanique et thermique, développement de logiciels embarqués, tests des systèmes critiques et intégration du système global.

     

    Les investisseurs et actionnaires sont gavés de communications rassurantes :

    - retour à la rentabilité 2019 à très court terme grâce aux 1300 départs contraints,

    - des contrats portant sur des millions d'euros des partenariats avec financement de la Région Occitanie (projet ERA), avec des associés tel que M. Montebourg (société SICEF, filiale d'AKKA Services), défenseur des emplois en France et contre les délocalisations des savoir-faires..... On en parle ?

    message subliminal : "vous allez vite vous en mettre plein les poches !"

     

    Communication côté salarié.es :

    "C'est la crise... nous n'avons aucune visibilité ... les PSE sont inévitables ... nous ne pouvons faire autrement ..." (non dit : "pour s'enrichir encore plus et encore plus vite sur votre dos !")

     

     

  • MOBILISATION - GREVES ET DEBRAYAGES à AKKA - MERCREDI 26 MAI à partir de 10h00

    L'intersyndicale Akka CFE-CGC, CGT, FO et UNSA appel à une mobilisation avec grève et débrayages (1 heure ou 2 heures, voir plus si affinité !)

    à partir de 10h jusqu'à 14h00,

    Que vous soyez en télétravail, en activité partielle ou en mission chez le client...

    Venez NOMBREUX.SES !!!

    Télécharger la communication de l'intersyndicale CFE-CGC, CGT, FO et UNSA

    20210526-mobilisationakka1.jpg

    20210526-mobilisationakka2.jpg

     

    La CGT SAFRAN appelle aussi à une mobilisation sur tous les sites SAFRAN en France dont celui au Havre et à BLAGNAC Andromède. Un rassemblement des luttes est prévu.

    Télécharger le communiqué de presse de la CGT SAFRAN

    20210526-mobilisationSafran.jpg

     

    La Coordination CGT de l'Aéronautique sera aussi présente demain à AKKA Blagnac Andromède

    Télécharger le communiqué de presse de la coordination CGT de l'Aéronautique

    20210526-communiqueCoordinationCGT.jpg

     

  • COMMUNIQUE DE PRESSE - Coordination CGT de l'Aéronautique - AKKA - Rassemblement et grève Mercredi 26 mai à partir de 10h

    Télécharger le Communiqué de Presse de la Coordination CGT de l'Aéronautique

     

    20210526-cdp.png

  • Intersyndicale AKKA - Appel à la mobilisation MERCREDI 26 MAI 2021 - à partir de 10h00 - Rassemblement, grève et débrayage

     

    IMG_20210515_100655.jpg

    Contre la casse sociale à Akka,

    Contre tout licenciement pour refus de mobilité,

    Pour l'arrêt des 5 PSE,

    Pour un plan de départ volontaire avantageux et accessible à tous les salarié.es de l'UES Akka France,

    Pour la mise en place d'une gestion des emplois et des parcours professionnels (inexistante depuis des années),

    Pour une politique salariale reconnaissante de l'acquis, de l'expérience, de la fidélité et apportant des perspectives,

    Contre le détournement des richesses de l'entreprise issues du travail des salarié.es,

    Les salariés doivent profiter de la plus-value de leur travail, de même, le contexte a démontré que les réserves ont été insuffisantes après des années de distribution indécente de dividendes!

    Pour des remboursements de frais professionnels à la hauteur de l'Urssaf et non de la poche des salariés depuis des années !

    Aujourd'hui, la Direction d'AKKA sait que beaucoup de salarié.es en ont assez de cette gestion déshumanisée, le turn-over était déjà très important avant Covid!

    Alors que le contexte devait nous unir, Akka en a profité pour isoler encore plus les salarié.es pour accélérer ses restructurations.

    Cette image d'entreprise "low-cost" et déshumanisée est plus qu'une étiquette, c'est devenue, au travers de cette crise sanitaire, une réalité vue et vécue par toutes et tous.

    La communication dédiée à la Bourse, actionnaires et investisseurs, montre qui dirige à Akka : la finance.

    Le monde de demain pensé pendant le 1er confinement restera pour Akka le monde d'hier revenu au galop!

    Nous nous battons pour exiger autre chose à Akka, en condamnant systématiquement cette entreprise qui détruit à petit ou grand feu les salarié.es en intermission ou vieillissant, en réclamant le respect du droit et en revendiquant des jours meilleurs.

    2239894819.2.jpg

     

  • INTERSYNDICALE AKKA - ASSEMBLEES GENERALES DES SALARIES AKKA FRANCE ET MOBILISATION DU 26 MAI 2021

    Télécharger la communication de l'intersyndicale AKKA CFE-CGC, CGT, FO, UNSA

    BANNIERE-INTERSYNDICAL.png

    ASSEMBLEES GENERALES des SALARIE·ES AKKA FRANCE

    Visio-conférences de  12H30 - 14H00

    MERCREDI 19/05 : Paris, Guyancourt, Lezennes, Gonfreville L’Orcher

    JEUDI 20/05 : Belfort, Dijon, Strasbourg, Lyon, Eybens, Clermont-Ferrand, Bollène, Aix-en-Provence, Marignane, Marseille, La Valbonne, Cannes - La Bocca

    VENDREDI 21/05 : Toulouse, Blagnac, Pau, Montpellier, Mérignac, Pessac, Aytré, Nantes, Brest, Cesson-Sévigné

    Inscription via mail professionnel à cgtakka.france@gmail.com

    En communiquant votre adresse mail personnelle pour recevoir le lien de la visio-conférence.

    + de 200 millions d’euros d’argent public versés à AKKA depuis 2013 (création de l’UES AKKA France) en crédits d’impôt emploi et recherche dont 21 millions pour financer l’activité partielle.

    Quel est le but de ces versements ?!

    Assurer l’employabilité des salariés ?

    Développer des projets tout secteur ?

    Maintenir l’emploi ?

     

    Quels constats aujourd’hui ?

    • Dans le Groupe AKKA 2020 et 2021 sont des années éprouvantes pour l’ensemble des salarié·es, pour tous les collègues en pleine crise COVID, avec de nombreuses personnes isolées, dans des conditions improvisées de télétravail, et/ou par la violence de l’activité partielle qui perdure…
    • Une restructuration massive impactant toutes les filiales, tous les établissements. Des suppressions d’emploi sans précédent : +de 1000 départs contraints depuis janvier 2020, 4 fois plus de licenciements
    • 5 PSE (AKKA Ingénierie Produit, AKKA High Tech, Aéroconseil, EKIS, AKKA Services) : + d’1 millier de salarié·es concerné·es et +de 300 suppressions d’emploi !
    • +d’un millier de salarié·es ne sont pas associé·es à la bonne classification de la convention collective SYNTEC. Conséquence (possible) : des minimas salariaux non respectés depuis des années !
    • Intermission : la mobilité est imposée générant un stress supplémentaire dans cette période compliquée
    • Des frais professionnels à la charge des salarié·es (extrait alinéa 1 de l’article 50 de la CCN Syntec : « Les déplacements hors du lieu de travail habituel nécessités par le service ne doivent pas être pour le salarié l’occasion d’une charge supplémentaire ou d’une diminution de salaire.»
    • Les temps de trajets (agence/lieu de mission) ne sont pas considérés comme du temps de travail effectif. Selon la jurisprudence, ce temps est du travail effectif !
    • Pas d’entretien professionnel tous les deux ans pour trop de salarié·es, pourtant obligatoire depuis 2016.
    • Les formations (reskilling et autres) ne sont pas accessibles à toutes et tous, pourtant primordiales pour garantir notre employabilité.

     

    Une CASSE SOCIALE qui dure et perdure !

    Elle concerne tous les salarié·es : hier, aujourd’hui, demain ?!

    Nous vivons le commun de ces réalités, chacun dans son service, chacun dans son quotidien où que nous soyons en France. Pour ne pas se résigner à subir et à s’abimer individuellement, Pour s’épauler et compléter nos forces, Pour que nous, salarié·es, soyons dans les actions collectives à venir, Pour porter haut et fort nos revendications pour toutes et tous !

     

    Sous l’impulsion des salarié·es présents au rassemblement du 6 mai 2021, une nouvelle mobilisation a été votée pour le 26 mai, avec la participation de l’intersyndicale :

    BANNIERE-INTERSYNDICAL.png

    MOBILISATION le 26 mai 2021 !

    Appel national à la Grève / Débrayages à partir de 10h devant tous les établissements AKKA

    Toutes et tous ENSEMBLE, pour se soutenir, pour agir et pour exprimer notre résistance active contre cette casse sociale !

    GREVE-EXPLICATION.jpg

    Télécharger la communication de l'intersyndicale AKKA CFE-CGC, CGT, FO, UNSA

  • CGT AKKA - Revue de Presse

    Merci à tous les médias qui couvrent et relaient nos actions :

     

    La Dépêche du 6/05/2021 : 

    Blagnac : une centaine de salariés d'Akka Technologies mobilisés pour dénoncer les suppressions d'emplois

     

    ToulEco du 6/05/2021 :

    « Les principes du syndicalisme doivent se renouveler »

     

    RT France du 7/05/2021

    «Un drame social et économique à long terme» : des salariés d’Akka dénoncent un plan de licenciement

     

    L'Humanité du 10/05/2021 : 

    Porno-divulgation. «L’arme du copier-coller pour détruire une vie»

     

    Mobilisation virale :

    Suivez-nous sur Facebook et partagez ! @CGTAKKA

    Ainsi que sur Twitter ! @CGTAKKA

     

     

  • AKKA - Communiqué de presse Intersyndical CFE-CGC - CGT - FO - UNSA

    Télécharger le communiqué de presse

    BANNIERE-INTERSYNDICAL.png

    AKKA / Communiqué de Presse de l’intersyndicale CFE-CGC - CGT - FO - UNSA

     

    L’intersyndicale CFE-CGC - CGT - FO - UNSA demande encore à la Direction Générale AKKA de mettre un terme aux 5 PSE mis en œuvre par le groupe. De janvier 2020 à mars 2021, la casse sociale a provoqué le départ de 2000 salarié·es sur le périmètre France dont 1000 départs contraints en complément des PSE.

    Aujourd’hui, ces 5 PSE concernent encore 1024 salarié·es et 308 emplois seront supprimés par la Direction : 238 à Toulouse-Blagnac, 37 sur Le Havre, 20 en Ile de France et 13 à Lyon. Ces procédures  sont réalisées en dépit du bon sens et en totale contradiction avec certaines règles juridiques, voire même des règles morales. Par le droit auprès des inspections du travail et des tribunaux, et par la mobilisation des salarié·es, nous ne laisserons pas la Direction casser, en toute impunité, nos vraies valeurs qui ont contribué depuis tant d’années à enrichir les actionnaires.

    Il est temps de remettre l’humain au cœur de l’entreprise, par la lutte, par le Droit !

    Nous refusons ce principe de roulette russe et continuons à mettre tout en œuvre pour défendre nos métiers, nos compétences, nos expériences reconnus par nos clients et essentiels pour relever les défis actuels et à venir.

    Nous appelons tous les salarié·es, ainsi que les pouvoirs publics, les acteurs-trices locaux, les représentants de la région Occitanie, des villes de Toulouse et Blagnac, tous nos soutiens des derniers mois, à un rassemblement solidaire ce jeudi 6 mai 2021 à 12h devant les locaux d’AKKA Blagnac Andromède, 7 boulevard Henri Ziegler, avec prises de parole de 12h30 à 13h30.

    FIN DES 5 PSE !  FIN DE LA CASSE SOCIALE !

    POUR UN PLAN DE DEPARTS VOLONTAIRES GROUPE

    POUR UNE VRAIE GESTION DES EMPLOIS ET DES PARCOURS PROFESSIONNELS…

     

    Télécharger le communiqué de presse

     

  • Communiqué Intersyndicale AKKA CFECGC-CGT-FO-UNSA - APPEL AU RASSEMBLEMENT DU JEUDI 6 MAI à AKKA BLAGNAC ANDROMEDE

    Télécharger la communication

     

     

     

     

    20210506-tract2.jpg

    20210506-tract1.jpg

    L'entreprise CGI, spécialisée dans le conseil aux entreprises pour l'intégration informatique, installe un centre SAP à Toulouse. Elle compte recruter 200 CDI d'ici 2022 (ActuToulouse 24/04/2021)

     

    En pleine croissance face aux nouveaux usages, Sopra Steria, leader européen du conseil, des services numériques et de l’édition de logiciels, recrute 300 personnes à Toulouse (ActuToulouse 26/04/2021)

    Et pendant ce temps chez  AKKA…

    Le choc du plan social ! Confinement oblige, c'est par une vidéo que les salariés d'AKKA ont été informés qu'ils font partie des catégories professionnelles touchées par le plan de licenciements. Une partie des syndicats (nous) parlent de "choc brutal pour les salariés" et de "déshumanisation". (La Tribune 8/04/2021)

     

    Après une année oppressante de crise sanitaire qui tarde à se résoudre, AKKA persiste à faire payer la note à ses salarié·es ! Le PSE n’est que la partie émergée de la casse sociale chez AKKA : du 1er janvier 2020 au 31 mars 2021, plus de 2000 salariés ont quitté les filiales françaises, dont plus de 1000 départs contraints. Le PSE aujourd’hui c’est encore 1024 salarié.es concerné.es pour 308 suppressions d’emplois, dont 238 à Toulouse, 37 au Havre (Gonfreville), 20 en Ile de France et 13 sur Lyon. Pourtant, ce sont justement les salarié·es qui portent l’entreprise, produisent et créent la valeur. Un chef d’entreprise sans ses salarié·es, c’est un auto-entrepreneur, rien de plus. Cette maltraitance, ce harcèlement, cette peur d’un avenir obscurci doit cesser. AKKA peut traverser cette crise en valorisant toutes ses compétences, tous ses « talents » !

     

    Nous salarié·es ne sommes pas la variable d’ajustement de l’entreprise mais sa Richesse.

    La Direction a refusé d’écouter les propositions de nos syndicats qui auraient permis d’assurer le maintien des emplois et une sortie digne pour les salarié·es désirant partir. Elle les a écartés du plan de départs volontaires pour imposer plus facilement un PSE aux conditions minimalistes auprès des instances CSE et CE dans chaque filiale. Des manœuvres honteuses et des communications minables, en roue libre, qui augmentent sans cesse les risques psychosociaux. Trop de salarié·es sont en souffrance, dépité·es, choqué·es. Pour faire cesser une bonne fois pour toute les PSE et, plus globalement, la Casse Sociale qui sévit chez AKKA, nous vous appelons toutes et tous à la solidarité. Ce qui est arrivé hier et arrive aujourd’hui aux salariés jetés en pâture, se reproduira demain si nous ne faisons rien !

    C’est pourquoi, votre mobilisation est primordiale pour construire ensemble des jours meilleurs chez AKKA, en reprenant les commandes, quitte à marquer un coup d’arrêt pour mieux nous faire comprendre de cette Direction déshumanisée et déconnectée du terrain.

     

    JEUDI 6 MAI 2021 à 12H

    RASSEMBLEMENT SOLIDAIRE

    devant  AKKA Blagnac Andromède, 7 bd Ziegler

     

    FIN DES PSE ; FIN DE LA CASSE SOCIALE ; POUR UN PLAN DE DEPARTS VOLONTAIRES GROUPE ; RESPECT DES MINIMAS SALARIAUX SYNTEC ; CHOIX DU RATTACHEMENT GEOGRAPHIQUE ; RESPECT DE LA LOI EGALITE PROFESSIONNELLE FEMMES-HOMMES ; FRAIS PROFESSIONNELS ; GESTION DES EMPLOIS ET DES PARCOURS PROFESSIONNELS…

     

    Nous avons tant à gagner ensemble !

  • Communiqué CGT AKKA - Message au député en visite à AKKA Blagnac Andromède jeudi 29 avril

    Mardi 27 avril....Dépoussiérage et vitres lavées en grande pompe dans tout le rdc du bâtiment Andromède à Akka Blagnac! La Direction a t'elle décidé de respecter ses salariés ? 
    Espoir vite balayé avec les akkariens..., c'est pour préparer la visite de Monsieur Pierre Cabaré député LREM de Haute-Garonne ce jeudi 29 avril.

    Alors pourquoi cette visite à AKKA en pleine procédure de PSE, de départs contraints depuis mars 2020 (plus d'1 millier), des centaines de postes délocalisés en Inde, Roumanie, Maroc, impliquant une baisse d'activités à Toulouse, et des salariés avec des risques psychosociaux croissants , isolés, en télétravail ou activité partielle, depuis des mois et maltraités par la déshumanisation d'Akka?!?

    Plus de 170 Md'€ d'argent public versés à Akka depuis 2013 en crédits d'impôt (CICE et CIR) et activité partielle depuis mars 2020. 100 Md'€ versés en dividendes depuis 2010. L'argent public finance les suppressions d'emplois et les délocalisations. 
    STOP AUX AIDES PUBLIQUES SI CASSE SOCIALE !
    Les filiales françaises font remonter leurs bénéfices à la holding Akka Technologies dont le siège est à Bruxelles depuis 2018.
    STOP AUX AIDES PUBLIQUES POUR LES FILIALES dont la HOLDING est à l'ETRANGER!
    STOP AU DETOURNEMENT DE L'ARGENT PUBLIC !
    Nos impôts ne doivent pas financer les licenciements, les holding étrangères et les dividendes!

    L'aide publique sur l'activité partielle a pour but essentiel de maintenir les emplois donc la force de travail au sein de l'entreprise.
    REMBOURSEMENT DES AIDES SI LICENCIEMENT DES SALARIÉS AYANT ETE EN ACTIVITE PARTIELLE! 
    Akka a utilisé ce dispositif pour plus de 3000 salariés !!! Voulez-vous que nous regardons de plus près la régularité de l'emploi de ce dispositif par Akka, pourtant bien reglementé : pas de mise en activité partielle si les salariés étaient sans mission les 30 jours précédents.

    Les PSE à AKKA concernent à ce jour 1024 salarié.e.s et prévoient 308 suppressions d'emplois dont 238 à Toulouse, 37 sur 50 au Havre (Gonfreville), 20 en Ile de France et 13 à Lyon, alors que les sociétés du numérique engagent des campagnes de recrutements pour assumer les projets de digitalisation tous secteurs, développer la cyber-sécurité, l'intelligence artificielle, etc.

    Que fait AKKA pendant ce temps?!?

    Nous dénoncerons auprès des inspections du travail l'irrégularité des PSE avec des catégories professionnelles ciblantes. De telles irrégularités ne pourront être homologuées par les inspections. Par le droit, les PSE ne verront pas le bout du tunnel contrairement aux salariés !

    Nous demandons une dernière fois à la Direction d'Akka de mettre fin aux PSE, de mettre en place un plan de départ volontaire sur le périmètre Akka France (et non le périmètre trop restrictrif des PSE) car pour beaucoup de salariés, la rupture du contrat moral est beaucoup trop entamée, et d'engager une campagne positive et humaine afin de redonner espoir, force, confiance et fierté à tous ses salarié.e.s qui ont fait et font toute la Richesse de l'Entreprise, de nos industries. L'avenir s'écrit maintenant.

    Voilà le message que nous attendons d'un député qui agit et parle au nom de l'intérêt public, à l'écoute de ses concitoyen.nes et non d'un parti politique ou d'un groupe d'intérêt financier.

    Nous le rappellerons lors de la mobilisation des salariés du jeudi 6 Mai devant les locaux d'Akka Andromède à Blagnac à 12h à l'appel de l'intersyndicale Akka CFE-CGC/CGT/FO/UNSA.

    La CGT AKKA ✊

     

  • CGT AKKA - Pendant que Akka supprime les emplois, Sopra Steria recrute 300 CDI à Toulouse!

    Encore une entreprise qui recrute sur Toulouse : 300 postes en CDI pour Sopra-Steria !
    C'est la crise dans le numérique ?!?
    AKKA, le seul groupe qui mène tambour battant 5 PSE en même temps dans 5 de ses 6 filiales pendant que d'autres recrutent au même rythme que Akka détruit les emplois!
    441 emplois sacrifiés, sans compter les dommages psychologiques qu'ont subit et continuent à subir les salariés encore présents.
    Nous demandons l'arrêt immédiat des PSE qui ne sont pas justifiés et la mise en place d'un plan de départ volontaire pour les salariés qui veulent fuir avec dignité ce groupe totalement déshumanisé.

     

    Mobilisation le 6 Mai devant Akka Blagnac Andromède, 7 bd Henri Ziegler, 12h.

     

    https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-pour-relever-les-defis-de-la-transformation-numerique-ce-groupe-recrute-300-postes-en-cdi_41287719.html