Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Revue de Presse

  • Toulouse. Le groupe AKKA officialise un gros contrat, devançant l'annonce de son client

    Source : Actu.fr

    Le groupe AKKA, présent à Toulouse, a annoncé, le 27 mai 2021, avoir remporté un gros contrat dans le spatial. Une communication un peu précipitée qui devance celle de son client.

  • CGT AKKA - Revue de Presse

    LA DEPECHE DU MIDI du 27/05/2021 : Près de Toulouse : nouvelle manifestation chez Akka

    où comble du comble, AKKA demande encore plus d'aides de l'Etat !!!

     

    RADIO MON PAÏS du 27/05/2021 : L'intersyndicale AKKA dénonce le PSE alors que l'entreprise profite du million d'euro de subvention de la région Occitanie

     

    TOULECO du 24/05/2021 : Chez Akka Technologies, les syndicats battent le pavé contre « la casse sociale » le 26 mai

     

    LA TRIBUNE du 25/05/2021 : Akka : Les syndicats prêts à contester devant la justice le plan social

     

    et pendant que AKKA détruit depuis janvier 2020 plus de 1300 emplois (1000 départs contraints + 300 dans le cadre des PSE en cours) sous prétexte qu'il n'y a aucune visibilité jusqu'en 2024, sur la place boursière, l'optimisme en devient indécente !

     

    BOURSEDIRECT.COM du 27/05/2021 : 

    La valeur du jour à Paris AIRBUS survole le CAC 40 grâce à d’ambitieux objectifs de production

     

    CAPITAL.FR du 27/05/2021 : 

    A suivre aujourd'hui... AKKA TECHNOLOGIES

    (AOF) - Akka Technologies a annoncé sa participation à la construction d'une constellation de près de 300 satellites pour l'un des plus grands opérateurs de satellites mondiaux. Ce contrat pluriannuel, d'une valeur d'environ 20 millions d'euros pour Akka, porte sur le développement d'une flotte de 300 satellites en orbite basse à la pointe de la technologie, intégrés à des réseaux de données au sol, dotés de traitements embarqués, d'antennes à réseaux phasés et de liaisons inter-satellites.

    Pendant les deux prochaines années, AKKA mobilisera ses centres d'expertise européens, pour intervenir sur l'ensemble du cycle de vie, de la R&D au lancement des satellites.

    Ce projet mobilisera jusqu'à 100 consultants aux compétences très spécifiques dans tous les domaines de l'ingénierie spatiale : définition du design et de l'architecture du système, conception et analyse mécanique et thermique, développement de logiciels embarqués, tests des systèmes critiques et intégration du système global.

     

    Les investisseurs et actionnaires sont gavés de communications rassurantes :

    - retour à la rentabilité 2019 à très court terme grâce aux 1300 départs contraints,

    - des contrats portant sur des millions d'euros des partenariats avec financement de la Région Occitanie (projet ERA), avec des associés tel que M. Montebourg (société SICEF, filiale d'AKKA Services), défenseur des emplois en France et contre les délocalisations des savoir-faires..... On en parle ?

    message subliminal : "vous allez vite vous en mettre plein les poches !"

     

    Communication côté salarié.es :

    "C'est la crise... nous n'avons aucune visibilité ... les PSE sont inévitables ... nous ne pouvons faire autrement ..." (non dit : "pour s'enrichir encore plus et encore plus vite sur votre dos !")

     

     

  • CGT AKKA - Revue de Presse

    Merci à tous les médias qui couvrent et relaient nos actions :

     

    La Dépêche du 6/05/2021 : 

    Blagnac : une centaine de salariés d'Akka Technologies mobilisés pour dénoncer les suppressions d'emplois

     

    ToulEco du 6/05/2021 :

    « Les principes du syndicalisme doivent se renouveler »

     

    RT France du 7/05/2021

    «Un drame social et économique à long terme» : des salariés d’Akka dénoncent un plan de licenciement

     

    L'Humanité du 10/05/2021 : 

    Porno-divulgation. «L’arme du copier-coller pour détruire une vie»

     

    Mobilisation virale :

    Suivez-nous sur Facebook et partagez ! @CGTAKKA

    Ainsi que sur Twitter ! @CGTAKKA

     

     

  • Lu dans la Presse - Le Monde - "Covid-19 : les ingénieurs de l’aéronautique, entre désespoir et colère"

    akka

    Source : Le Monde

    En Occitanie, les consultants payent au prix fort les conséquences économiques de la crise sanitaire.

    Par 

    « Je vais être honnête, ne rien vous cacher : je suis sous traitement médical », lâche après quelques instants d’hésitation d’une voix chevrotante Stéphane (prénom modifié à sa demande). Ce salarié d’Akka Technologies à Blagnac, en banlieue toulousaine, se défend d’être en dépression bien que le moral soit au plus bas. Au mois d’octobre, au détour d’une conversation informelle, son manageur l’encourage à partir de l’entreprise après plus de dix ans de bons et loyaux services. « On m’a fait comprendre, à limite de la boutade, qu’une rupture conventionnelle pouvait être envisagée, raconte cet employé d’un service support. J’étais choqué mais je n’ai pas montré mon étonnement. Une fois les talons tournés, ça m’a fait mal. Il m’a fallu trois à quatre jours pour digérer la nouvelle. »

    Néanmoins, ce cadre ne donne pas suite à cette proposition et garde le silence. Mais le cœur n’y est plus. Alors que, durant le premier confinement, il exécute les tâches sans relâche pour « être efficace » et « sauver la boîte », la motivation en ce mois de novembre fait défaut. « Je fais tourner la boutique mais je n’ai plus d’objectif », souffle-t-il, désabusé. Pour aggraver son mal-être, ce salarié ne disposera plus – et ce dès lundi prochain – d’un bureau au sein de la société. A sa disposition un casier, dans lequel le salarié dépose ses effets personnels le matin, et un ordinateur portable.

    « Redonner de l’espoir »

    Comme Stéphane, ils sont des centaines à être sur la sellette. Car, pour amortir le choc de la crise économique, la direction de ce sous-traitant ne voile pas ses intentions. La société d’ingénierie, qui fait face à baisse d’activité de 38 % sur l’année 2020, envisage de tailler dans les effectifs de sa branche aéronautique « si la reprise ne se matérialise pas », indique la société sur son site Internet. Ses bureaux de Blagnac, où sont employées quelque 2 200 personnes, très dépendants d’Airbus et des équipementiers de rang 1, pourraient se séparer de 1 150 postes.

    Lire la suite : https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/12/08/covid-19-les-ingenieurs-de-l-aeronautique-entre-desespoir-et-colere_6062585_3234.html