Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2011

Akka sur le Net : « AKKA, la SSII boursière »

 

Article du site "Derrière l'écran de la révolution sociale

Poursuivons notre décryptage des SSII au moyen des documents de référence 2010, une mine d’informations pour comprendre l’évolution de ces sociétés. Akka y confirme sa dérive boursière et sa course folle à la rentabilité.

Il faudrait être un économiste chevronné pour apprécier la prose du document de référence 2010 d’Akka Technologies. Actions, dividendes, trésorerie, cession ; le langage est normé. Il ne figure que très peu de chose sur la politique sociale concernant les salariés du groupe. Pourtant, c’est bien à eux que le clan Ricci doit ses succès économiques.

Le clan Ricci

Akka a effectivement été fondé par le patriarche des Ricci : Maurice. Sa famille détient 54,3% du capital du groupe et en tire de substantielles rémunérations. Le boss a touché 500K€ de rémunérations en 2010. Jean-Franck Ricci, administrateur, a engrangé 333K€ et Cécile Ricci, elle aussi administratrice, 147K€ à quoi il faut ajouter quatre voitures en avantage en nature. Ces joyeux drilles et leurs comparses dirigeants ont, en leur nom propre ou par le biais d’une kyrielle de filiales, cédé au total  712 915€ d’actions sur l’exercice  2010.

Alors qu’ « au 31 décembre 2010, le chiffre d’affaires du Groupe AKKA Technologies augmente de 20,3% », nous explique le document, il est prévu de verser 7 582 513,40 € aux actionnaires. Dividendes et cession d’actions pour compléter de rondouillettes rémunérations, Akka a franchement pris le virage boursier au point que la presse se targue d’éloges : « Akka Technologies multiplie ses bénéfices par deux en 2010″, nous apprend Boursorama, « Akka double ses profits grâce à son positionnement haut de gamme », renchérit Daily Bourse, « Akka Technologies vise un doublement de taille via des acquisitions », conclu Fortuneo. Une petite revue de presse compilée par les salariés du groupe. Maurice Ricci mérite sans conteste son rang de 390ème fortune française en évolution de +27% entre 2009 et 2010 selon le magazine Challenges.

Les salariés eux devront se contenter du moins disant social. Certains se sont même mis en grève pour pointer du doigt la politique du groupe : suppressions de jours de RTT pour les temps partiels, disparition de la participation et de l’intéressement. Depuis que les Ricci jouent en bourse, les avantages sociaux sont en net recul.

Consanguinité sociale

Les 5 710 salariés, toutes filiales confondues, se contenteront des valeurs du groupe : « respect, ambition, courage. Ces trois terminologies représentent l’ADN du Groupe », renchérit même la direction. Un ADN quelque peu consanguin au regard des-dites valeurs. Si Ricci s’entête à ne pas augmenter ses salariés, il souhaite les emmener dans le grand Monopoly boursier. « Plusieurs plans d’actions gratuites ont été mis en place sur les années 2005 à 2010 à destination de certains salariés du Groupe ». Des actions que le bienheureux devra conserver deux ans avant de les céder. Pire que les primes qui ne constituent pas de véritable salaire, ce système d’action gratuite reste d’un certain cynisme pour un groupe qui se gargarise d’une hausse de son turn-over à 14,4%. « Signe de la reprise d’activité », ose même le document.

Ricci enfonce le clou de son bling-bling salarial en vantant son « Plan d’épargne entreprise » où « en 2010, l’abondement est de 300% pour les versements réalisés sur le FCPE AKKA Actionnariat ». En clair, celui qui met 100€ touchera 300€ de la part du groupe. Là encore on est loin du salaire sonnant et trébuchant tombant à la fois du mois. Une rente qui n’entre en plus pas dans la collectivisation des cotisations sociales nécessaire à notre système collectif.

Qu’un groupe comme Akka Technologies accroît son activité, on ne peut que s’en féliciter. Qu’il y ait un partage des richesses aussi misérable, on ne peut que s’en étonner pour une multinationale vantant sa modernité.

(Source : revolutionsociale.wordpress.com)

 

Commentaires

De façon générale, voici quelques chiffres à propos des salaires des travailleurs qui remet en cause le partage des richesses produites et la gratification des actionnaires ou retour sur investissement, justifié selon notre direction générale par une "prise de risques" :

Un SMIC net à temps plein est de 1070 euros nets par mois. Le salaire du patron le mieux rémunéré du CAC 40, tout compris, est de 10,75 millions d’euros par an, soit 835 SMIC.

Le salaire net mensuel médian dans le secteur privé est de 19159 euros, soit 1596 euros par mois. Le salaire moyen des 10 % les mieux payés est de 38 555 euros, et celui des 10 % les plus mal payés est de 13 595 euros.

Evolution des revenus salariaux depuis 1998, en % de :

+ 51, 4 % pour les 0,01 % les plus riches
+ 29, 2 % pour les 0,1 % les plus riches
+13,6 % pour les 1 % les plus riches
+ 3,1 % pour 90 % des salariés

Ce qui donne :

90 % disposent de 16 913 euros annuels
9 % disposent de 48 003 euros annuels
0,9 % disposent de 118 634 euros annuels
0,09 % disposent de 335 246 euros annuels
0,01 % disposent de 1 269 555 euros annuels

Le pouvoir d’achat pour au moins 90 % des salariés est une préoccupation majeure et quotidienne. 40 % des salariés n’ont pas été augmenté depuis 5 ans. L’inflation officielle sur un an est de 2 %.

27 % des branches ont une grille salariale qui commence sous le SMIC : c’est ce qui ressort des documents préparatoires au comité de suivi de la négociation salariale de branche. 48 branches sur 175, soit 2 410 000 salariés sont dans ce cas.

Les branches où les salaires sont les plus faibles sont les organismes de formation (86 000 salariés) les prestataires de services (nettoiement …) avec 110 000 salariés, et les particuliers employeurs avec 775 000 salariés, presque tous à temps partiel. 76 branches sont sur le fil et passeront sous la barre du SMIC au 1er août, soit un total de 124 branches sur 175.

Merci patrons.

Écrit par : Jean-Philippe | 01/07/2011

Les commentaires sont fermés.